Cherbourg. Incendie aux Chantiers Bellot : un hangar chargé d’histoire appelé à être démoli

, Cherbourg. Incendie aux Chantiers Bellot : un hangar chargé d’histoire appelé à être démoli
Voir mon actu

L’image de synthèse de la « Halle Bellot » présentée lors du conseil municipal de Cherbourg-en-Cotentin (Manche) le 26 mai 2021 restera à l’état d’idée.

L’atelier des anciens Chantiers Bellot, situé à la sortie de l’avant-port de Cherbourg, apparaît alors totalement rénové, les murs du hangar convertis en vastes verrières, son ouverture sur la mer agrémentée d’un ponton sur pilotis. La large cale de mise à l’eau qui l’entoure est fréquentée par des promeneurs et des adeptes de sports à pagaie. Et sous la halle, une exposition.

Vendredi 29 décembre 2023, au petit matin, cette propriété du Syndicat mixte Ports de Normandie a pris feu. Le bâtiment, désaffecté de longue date, devait être démoli l’an prochain.

La grande époque

Yves Le Gallou connaît bien cet atelier. Et pour cause : il y a travaillé en tant que tourneur de 1963 à 1982, de ses 25 à ses 44 ans, après avoir fréquenté les Ateliers Hamel.

Aujourd’hui âgé de 85 ans, le Cherbourgeois est l’un des derniers témoins de la grande époque des Chantiers Bellot. Il en garde « le souvenir de bonnes années et d’une bonne ambiance » avec, au départ, « une vingtaine de charpentiers spécialisés ».

« Il était surtout question de bois, rappelle-t-il en référence aux chalutiers construits par les Chantiers Bellot. Monsieur Bellot allait lui-même en campagne chercher son bois chez les propriétaires de forêts de la Manche, parfois de l’Orne. Il les sélectionnait lui-même, il s’y connaissait. » Mais les Chantiers ne construisaient pas qu’en bois.

On réparait et on entretenait toutes sortes de bateaux, comme ceux qui sortaient des chantiers de Saint-Nazaire. Après une mise à l’eau, il y a toujours des choses à reprendre, à réajuster. Saint-Nazaire nous connaissait bien, Bellot était réputé. Après les essais, leurs bateaux venaient chez nous.

Yves Le Gallou

Le retraité évoque encore l’entretien des ferries, les multiples interventions, les problèmes de machinerie… « Et pour ce qui est des bateaux que nous avons construits, il y en a eu tellement ! Je ne sais pas si je suis fier d’avoir travaillé chez Bellot, mais en tout cas, quand les Ateliers Hamel ont fermé, ça m’a tiré une épine du pied. »

Quand les Chantiers Bellot sont liquidés en 1997, Yves Le Gallou a déjà poursuivi sa carrière ailleurs. « Mais ça m’a attristé d’apprendre la fin de Bellot. Je connaissais encore certains qui s’y trouvaient et, ensuite, la recherche de travail a été dure pour eux… Quant à l’incendie, c’est un peu malheureux d’apprendre ça. Surtout quand on a travaillé pas mal d’années dedans. Mais j’avais déjà remarqué des dégradations, des trous partout, des passages… »

À lire aussi

Une trace mémorielle

Que deviendra cet espace à l’avenir ? Ralph Lejamtel, adjoint en charge de l’urbanisme à Cherbourg-en-Cotentin, ne fait aucun commentaire sur sa future démolition, en tant que propriété de Ports de Normandie.

Mais il fait quelques rappels : « En 2021, les études de réhabilitation s’avéraient trop difficiles et trop coûteuses. Ports de Normandie ne souhaitaient pas aménager cet espace, cela ne faisait pas partie de sa stratégie. Pour nous, il y avait un principe de réalité, ça n’était financièrement pas raisonnable. »

L’élu rappelle surtout que feu la « Halle Bellot » s’inscrit dans un projet bien plus vaste de renouvellement du quai Lawton-Collins, adapté aux risques de submersion marine, dans les années à venir.

« Quatre leviers s’offrent à nous et je plaiderai à la rentrée de janvier pour une stratégie foncière portée conjointement par la Ville et l’Agglo. Cherbourg a les compétences en matière d’aménagement, le Cotentin en matière d’habitat, c’est une collectivité sur laquelle on peut s’appuyer avec des moyens d’interventions. »

Le projet comporte « une part importante d’habitations pour tous », « des activités au bord des quais, de l’artisanat de pêche à perpétuer et valoriser », et une part « culturelle et événementielle que préfigure la Guinguette l’été ».

Ralph Lejamtel assure : « L’enjeu patrimonial de Bellot reste important. Quand la question de l’aménagement se posera, il y aura une trace, un rappel mémoriel de ce qui s’y est passé. C’est à réfléchir. »

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire », vous est fourni par souvenirdunjour.com. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». La raison d’être de souvenirdunjour.com est de discuter autour de Rafraichissement et préservation de la mémoire dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». Alors, visitez de manière régulière notre site.