ÉDITO – « Cultivez l’histoire, il en restera toujours quelque chose » : le conseil d’Alba Ventura aux jeunes

, ÉDITO – « Cultivez l’histoire, il en restera toujours quelque chose » : le conseil d’Alba Ventura aux jeunes

Les jeunes français sont visiblement très fâchés avec l’histoire. À peine plus d’un jeune sur deux, de 16 à 24 ans, est capable de donner la date de la Révolution française. Ils sont 60% à ne pas savoir quand est tombé le mur de Berlin, selon une étude OpinionWay. Une baisse du niveau en maths, en français, en histoire, c’est inquiétant. C’est encore une étude qui vient de confirmer la baisse du niveau d’enseignement en France, mais pas seulement. Parce que le français et les maths, ça peut se rattraper, mais avec l’histoire, c’est autre chose qui se joue. C’est notre rapport au temps, à notre culture, notre passé, nos valeurs.

C’est notre capacité à nous projeter et donc notre rapport au monde. Le monde ne se comprend que lorsque l’on connaît son passé. Si on prend par exemple le conflit au Proche-Orient, si on ne sait pas ou si on ne veut pas savoir ce qui s’est passé, on avance avec des croyances, de l’idéologie, mais pas avec de la compréhension. Il ne s’agit pas d’excuser mais de comprendre, c’est-à-dire regarder le monde avec un filtre critique, avec discernement. C’est bien à l’école que ça se joue en partie, mais pas seulement. Parce que oui, à l’école, il faut redonner les bases de l’histoire, la chronologie notamment. Tellement de jeunes confondent le 11 novembre et le 8 mai ou ne savent pas de quoi on parle, alors que c’est notre histoire contemporaine.

L’école doit rappeler ce qu’a été la France, une grande puissance, une monarchie, un royaume de France catholique. Ce n’est pas une insulte de le rappeler, sinon on ne comprend pas pourquoi il y a des églises un peu partout dans nos villages. Et ça n’est pas une honte, ça fait partie de notre histoire et cela s’enseigne, même si c’est parfois très compliqué pour les enseignants.

Quelles solutions ?

Cela ne se joue pas seulement à l’école, parce qu’il y a les écrans sur lesquels les profs n’ont pas de prise. Un jeune qui passe huit heures par jour ou même trois heures, va se retrouver noyé sous les intox, les manipulations, la malveillance, les vidéos débiles… Quand vous pensez que pour 45% des jeunes de 18-24 ans, les réseaux sociaux sont la première source d’infos, c’est effrayant.

Sans en arriver à des extrémités, comme en Chine, qui a réduit l’accès aux réseaux sociaux pour les jeunes, 40 minutes pas plus par jour, on peut sans doute imaginer que nous tous, parents, professeurs, allions beaucoup plus loin. L’histoire, ça se cultive, en allant davantage au musée, au cinéma… Il faut emmener nos enfants célébrer les armistices, les fêtes nationales. Cultivez l’histoire, il en restera toujours quelque chose. Comme disait Tocqueville : « Quand le passé n’éclaire plus l’avenir, le présent marche dans les ténèbres ». On n’en est pas loin.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l’actualité au quotidien

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire », vous est fourni par souvenirdunjour.com. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». La raison d’être de souvenirdunjour.com est de discuter autour de Rafraichissement et préservation de la mémoire dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». Alors, visitez de manière régulière notre site.