Pourquoi les géants de l’auto refusent un rappel massif et historique

, Pourquoi les géants de l’auto refusent un rappel massif et historique

Plusieurs constructeurs automobiles s’opposent à un rappel massif de 52 millions de véhicules recommandé par la NHTSA. Cette dernière alerte sur des risques liés à des airbags d’ARC Automotive et Delphi Automotive. Les constructeurs contestent, arguant des risques minimes. Débat intense : faut-il rappeler des millions de véhicules malgré un risque jugé faible ?

Ce défaut a déjà provoqué un décès et sept blessés

Les géants de l’industrie automobile, à l’instar de General Motors, Toyota et Volkswagen, se liguent pour résister à une initiative de la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), qui préconise le rappel colossal de 52 millions de véhicules. Une bataille juridique imminente se dessine alors que les constructeurs et les fabricants d’airbags réfutent vigoureusement l’idée d’un rappel massif, soulignant des risques qu’ils jugent minimes.

Lors d’une audience en octobre, la NHTSA a émis une alerte concernant le risque de rupture des airbags produits par ARC Automotive et Delphi Automotive, avec la possibilité de projeter des fragments métalliques. Cette mise en garde intervient à la suite d’un décès et de sept blessures, résultat d’une enquête s’étalant sur huit ans. Si ce rappel devait se concrétiser, il deviendrait le deuxième plus important de l’histoire américaine. Toutefois, les fabricants rejettent fermement cette proposition, remettant en question tant la nécessité que l’ampleur d’une telle action.

La probabilité de survenue du danger est faible

Selon ARC Automotive, l’un des fabricants d’airbags visés, le taux de défaillance estimé par la NHTSA laisse entendre qu’une seule rupture supplémentaire pourrait survenir au cours des 33 prochaines années. Les mastodontes de l’automobile, dont GM, Ford, Mercedes-Benz et BMW, expriment leurs inquiétudes quant à l’évaluation de l’agence et la justification d’un rappel massif. Les fabricants estiment que la NHTSA n’a pas fourni de raisons valables pour justifier un rappel d’une telle ampleur. VW affirme qu’il n’y a « aucune raison valable » de rappeler les centaines de milliers de véhicules VW et Audi concernés précise Reuters.

Ce débat met en lumière des divergences d’opinions quant à l’évaluation des risques et à la nécessité d’une action aussi drastique. Les constructeurs soutiennent que, bien que les risques soient minimes, la NHTSA peine à justifier un rappel d’une telle envergure. La question des airbags continue de susciter des débats houleux au sein de l’industrie automobile américaine. Faut-il rappeler les millions de véhicules concernés même si le risque est minime ? Le débat est ouvert.

Pour vous tenir informés, cet article autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire », vous est fourni par souvenirdunjour.com. Cette chronique a été reproduite de la manière la plus complète qui soit. Vous pouvez écrire en utilisant les coordonnées inscrites sur le site web pour indiquer des détails sur ce contenu sur le thème « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». La raison d’être de souvenirdunjour.com est de discuter autour de Rafraichissement et préservation de la mémoire dans la transparence en vous donnant la connaissance de tout ce qui est publié sur ce thème sur la toile Dans les prochaines heures notre équipe publiera d’autres infos autour du sujet « Rafraichissement et préservation de la mémoire ». Alors, visitez de manière régulière notre site.